Le monde de la musique, 1979

 

Il était une fois une voix… une voix de femme, magique et irréelle, venue du fond des âges ou des abîmes du coprs, une voix au-delà du chant, à la naissance du cri: la voix de Tamia.


L‘étendue de ses possibilités est phénoménale: vocalise pure et ailée, modulation rocailleuse, stridence cristalline, grondement rauque, éraillement, vagissement, tremblement… Tamia escalade sans peine tous les registres et chevauche quatre octaves. Pas par goût de la virtuosité, mais pour atteindre le langage inarticulé des rêves, la rumeur de l‘insconscient. Au-delà des mots, l‘envoûtant roulis des sonorités et des timbres.


[Passage Interview]


Mais elle n‘y croit pas encore tout à fait: elle entreprend des études de biologie. L‘envie de chanter la reprend après mai 1968. Elle suit des cours de chant et fait bientôt le contraire de ce qu‘on lui apprend. „Curieusement, j‘ai commencé à entendre ma musique avant de l‘avoir chantée. Pour la retrouver, j‘improvisais pendant des heures des sortes de mélopées. Et je trouvais des sons tremblés, des doubles notes que j‘essayais ensuite de reproduire. C‘est incroyable la vitesse à laquelle la qualité d‘une voix se développe. C‘est pour cela que je ne crois pas au don.“


„Une image, je ne sais pas si je dois le dire, me hantait. Une image de désert: une femme était assise sur un monticule et regardait un chemin qui se perdait vers l‘horizon.“


Elle fait du théâtre musical avec Graziella Martinez ou Georges Aperghis, de la musique contemporaine au Festival de Royan, du free jazz avec Michel Portal à Chateauvallon - „un déclic: la rencontre avec la scène et cet état d‘éveil total, cette conscience suraigüe des autres et de soi“.


Alors, jazz ou musique contemporaine? Elle ne veut pas se laisser épingler. Elle rêve d‘un spectacle où se mêleraient les gestes, les voix, la lumière, la danse. Avec Françoise Achard elle crée Rorschach, „composition pour voix, corps de femmes et instruments divers“. Puis elle se retire, s‘isole dans sa campagne du Morvan, revient pour animer des ateliers destinés aux chanteurs et aux comédiens. La pédagogie la passionne. „On ne sait presque rien sur la voix: sur son extraordinaire capacité de mimétisme, sur ses effets physiques, sur la puissance de ses vibrations. Quand on touche à la voix de quelqu‘un, on touche à ce qu‘il y a de plus sensible chez lui. On se sent plus menacé par un travail sur la voix que sur le corps.“


Enfin, aujourd‘hui, elle revient au concert. „J‘ai trente ans, j‘ai décidé que je me sentais prête à affronter de nouvelles aventures. Je commence à maîtriser mon discours musical. Il est temps que je me jette à l‘eau.“


On l‘a vue au Festival de Sens avec son frère Pierre Charpy, ou à Paris avec le percussionniste Jean-Pierre Drouet. Elle a aussi produit un disque, par ses propres moyens: paysages calmes et dénudés, dialogues avec le silence; rencontres avec l‘appel du muezzin, le ney iranien, la trompe tibétaine, le chant grégorien; mais aussi des moments de violence: la mémoire des cris mal éteints de l‘enfance. Et surtout, l‘invitation au mystère, le chant secret des rêves.