Le Monde, 1978

 

Tamia ou l‘expérience des limites.


Tamia n‘est pas une chanteuse de jazz. Tamia appartient plutôt à ces inclassables de toutes les musiques, classiques ou non, qui inventent patiemment une musique et sa pratique. Tamia appartient de fait aux „singuliers“ de la musique – comme on a pu dire les „singuliers de l‘art“.


Pourtant, c‘est au Festival de jazz de Chateauvallon (1972) que Tamia, avec le Michel Portal Unit, s‘est fait reconnaître. Et le public du jazz, depuis lors, ou celui des musiques improvisées, n‘a jamais oublié, l‘insolite percée d‘un cri venu de l‘ombre, et cette apparition qui manifestait autant d‘invention musicale que de recherche scénique.


A Royan (1973), Tamia chante une pièce de René Koering; au Festival d‘automne (1976), elle présente avec Françoise Achard Rorschach, („composition vivante pour corps de femmes et instruments divers“), et après son récent passage au Sens Music Meeting, Tamia jouait ou chantait, il n‘y a pas de verbe pour cela, le 21, au Théâtre Edouard VII: Vanessa IO („petite pièce pour voix seule et quelques gestes“) et Between, disloque avec le percussionniste Jean-Pierre Drouet, présent lui aussi sur tant de scènes des musiques contemporaines, qu‘on serait bien en peine de le classer.


Tamia n‘est pas seulement ce qu‘un cliché immédiat suggère: un modèle pour préraphaélite qui aurait écouté toutes les musiques du bout du monde, et le blues. Son travail vocal unique et qu‘elle a tant développé, d‘ateliers en cours, pour chanteurs, comédiens et instrumentistes, ce travail tient d‘abord dans une gageure et une audace: quand l‘expérience des limites – doubles notes, éraillements, plaintes aux confins de l‘imperceptible, cris, mélopées soutenues, chuchotements – se noue dans l‘échange. Echange de la musique et du geste, échanges des sons, échanges des voix et des percussions, échange enfin de mémoires imaginaires; puisque, dans ce voyage au bout des chants et des cris, se retrouvent les cris d‘avant le temps où l‘on crie vraiment, mêlés aux échos d‘improables „ailleurs“. Au jeu des influences, avec Tamia, on est toujours perdant.